Foire aux Questions • Enseignement supérieur • Site de Poisy

Tout savoir sur l’ISETA

Le BTSA Gestion forestière

Oui, le BTSA GF temps plein est une formation professionnelle qui vise à préparer aux métiers de technicien forestier dans toute sa diversité. Aujourd’hui, 95% des techniciens qui travaillent en forêt en France ont un BTSA GF. C’est le diplôme de référence. Le référentiel de formation (programme) est d’ailleurs établi avec les professionnels sur la base des situations professionnelles rencontrées par ceux-ci. La formation vise à former les jeunes à ces situations.

Oui, la filière forêt bois en France fait face à de nombreux défis : changement climatique, nouveaux débouchés pour le matériau bois (bois énergie), demande envers la forêt de plus en plus forte, nécessite de mieux préserver la biodiversité… Ces demandes nouvelles ou confortées sont source de nombreux emplois. De nouvelles demandes apparaissent également dans de nouveaux secteurs (agroforesterie, arbre en ville, forêt urbaine, forêt comestible…) ou sur des besoins spécifiques (gestion plus territoriale, animation nature, sylvothérapie…). Enfin, de nombreux départs à la retraire sont aujourd’hui constatés dans la filière. Ainsi, les offres sont aujourd’hui nombreuses et dans tous les organismes (coopératives, onf, crpf, chambre d’agriculture, collectivités, associations…). En moyenne, l’établissement reçoit une à deux offres d’emploi par semaine pour des postes de technicien et il y a plus d’offres que de candidats.

Non, la forêt industrielle de production est une réalité en France mais le BTSA GF est beaucoup plus large et à l’Iseta, nous sommes attachés à la pluralité des modèles forestiers et surtout à la multifonctionnalité des forêts. On parlera donc valorisation des bois et d’abord parce que le bois est un matériau noble que l’on peut valoriser d’une belle façon et localement, en soulignant à chaque fois la limitation des impacts nécessaires que doit avoir l’exploitation. Mais on parlera aussi écologie, protection et préservation de la biodiversité, chasse et équilibre agro-sylvo-cynégétique, protection contre les risques naturels, accueil du public en forêt… Les métiers de la forêt sont aujourd’hui très diversifiés, et nous verrons toute la diversité de ces réalités forestières. Ce sont aussi des métiers techniques et même protéger une forêt pour la laisser évoluer naturellement nécessitent des compétences (évaluation de sa biodiversité potentielle, diagnostic dendrométrique ou de naturalité, diagnostic botanique, SIG…).

Le bûcheronnage et l’utilisation de la tronçonneuse ne font pas partis du référentiel de formation : le technicien gère et met en œuvre des chantiers forestiers mais il ne réalise pas directement les travaux : c’est cette partie organisation, planification du chantier, sécurité… qui est donc traité et non la mise en œuvre concrète de l’exploitation.
L’utilisation de la tronçonneuse et la réalisation des travaux est typique des formations bac pro ou brevet professionnel.
Pour autant, une initiation d’une journée sera réalisée, notamment pour appréhender la sécurité, durant les deux ans.
Le passage des permis de tronçonneuse (non inclus dans la formation) est aussi possible au sein de l’Iseta.

Il n’y a aucune connaissance forestière obligatoire pour intégrer le BTSA GF. La réussite au diplôme comme dans le métier de technicien forestier est surtout une affaire de travail, d’implication et de motivation. Vous ne savez pas reconnaître un sapin d’un épicéa : ce n’est pas grave car on vous l’apprendra mais dès le départ, il faut de la curiosité et cette envie d’apprendre et de travailler.

Durant deux ans, la formation va vous permettre de découvrir une filière, des métiers, des parcours de professionnels et d’anciens étudiants… Cela va vous permettre de dessiner votre projet professionnel et de le conforter. Un module d’insertion professionnelle permet aussi de voir comment mettre à profit ses compétences dans d’autres domaines de l’agriculture.
Par ailleurs, le BTSA GF développe aussi de nombreuses compétences qui sont aujourd’hui reconnus dans d’autres domaines (SIG, aménagement du territoire, gestion et protection de la nature…).

Un bac est nécessaire pour rentrer en BTSA GF, que ce soit un bac général, un bac pro ou un bac technologique. Il faut avoir dans tous les cas un bon dossier, avec surtout une bonne motivation et de bonnes appréciations, notamment au niveau du comportement. Ensuite, un classement est établi par
rapport à l’ensemble des dossiers reçus et à des critères définis en accord avec les principes de parcousup. Le niveau de sélection des étudiants entrant en Btsa GF dépend du nombre de demandes.
Mais, pas d’inquiétudes, le BTSA GF n’est pas ouvert qu’à des étudiants ayant mention très bien au bac : la lettre de motivation a une importance considérable dans le recrutement.

Aujourd’hui, les filles représentent entre 1/3 et ¼ des effectifs d’une promotion. Il y en a en moyenne entre 5 et 10 par classe. Et elles ont tout à fait leur place au sein de la formation. La filière s’est depuis longtemps très largement féminisée et de nombreuses femmes occupent des postes de techniciennes forestières et cela dans tous les organismes. La dimension physique du métier n’est pas un problème au niveau technicien puisqu’il s’agit de se déplacer en forêt mais en aucun cas de faire de l’abattage ou d’utiliser la tronçonneuse.

En moyenne, il y a une journée de terrain par semaine qui permet d’aborder les cours de façon pratique et face à des exemples concrets. Il y a un peu plus de terrain encore à l’automne et au printemps, parfois à peine moins en hiver car les sorties s’adaptent aussi aux conditions météorologiques. Sur les deux ans, trois tournées d’une semaine en moyenne sont organisées par l’équipe pédagogique pour permettre d’aller observer des forêts et rencontrer des professionnels ailleurs en France. En général et en discussion avec la promotion, l’une de ces tournées permet d’aller à l’étranger et de voir une filière forêt bois différente.

Les coûts engendrés par les sorties et tournées sont intégralement inclus dans les coûts de formation.
Les frais de transports et d’hébergement sont toujours pris en charge et il n’y a rien à rajouter ?

Depuis 50 ans, l’ISETA forme des techniciens forestiers et le BTSA GF jouit donc d’une granderéputation comme d’un réseau d’anciens très importants.
Les plus sont résumés sur le site mais on peut rementionner quand même et ici les liens avec les nombreux partenaires locaux et nationaux, la diversité des forêts à proximité et à moins de deux heures de route (permettant de les découvrir sur une journée), la spécificité montagne développée grâce au contexte annécien, l’approche multifonctionnelle et autour plutôt d’une sylviculture douce et de tous les métiers de la forêt (y compris l’animation nature, la sylvothérapie ou la protection de la forêt…), et enfin, le cadre d’étude qui permet de belles sorties, de pratiquer des activités intéressantes (course d’orientation et ski de fond en EPS) mais aussi de se faire plaisir le week-end (autour du lac ou en montagne).

Le BTSA ACSE

Le taux d’insertion professionnel de ceux qui ne poursuivent pas leurs études après le BTSA ACSE est de 95 % selon le ministère de l’agriculture 3 mois après l’obtention du diplôme. Le BTSA ACSE permet donc une bonne insertion dans les métiers suivants :

  • Exploitant agricole en tant que chef d’entreprise individuelle ou d’associé dirigeant une société à objet agricole: il s’agit d’un métier requérant des compétences multiples, techniques et pratiques sur la conduite des productions, de gestion économique et financière, juridiques et fiscales, de gestion des ressources humaines et aussi de gestion des agroéquipements. Ce métier convient donc à des personnes recherchant la prise de responsabilité, la diversité des tâches quotidiennes et qui apprécient le travail de la terre et/ou auprès des animaux.
  • Salarié opérant sur une exploitation agricole: ce métier demande d’avoir des compétences multiples comme celui d’exploitant agricole. Avec un diplôme de BTSA ACSE, il permet souvent aussi d’avoir des responsabilités techniques en ayant la charge d’une activité dans l’entreprise. Ce métier séduit des personnes qui ont quasiment le même profil que ceux intéressés par le métier d’exploitant agricole car le métier de salarié en exploitation agricole leur permet d’acquérir de l’expérience avant de reprendre une entreprise individuelle ou d’entrer dans une société à objet agricole.
  • Technico-commercial dans l’agrofourniture : il s’agit d’un métier alliant le conseil technique et la vente pour toutes les fournitures dont les exploitations agricoles ont besoin pour les cultures et l’élevage. Ce métier réclame une bonne connaissance des conduites technico-économiques des productions agricoles pour être capable de conseiller un exploitant agricole dans ses achats de fournitures et réalise par conséquent un choix adapté à ses objectifs et au contexte de son entreprise. Les entreprises qui embauchent sont soit des coopératives d’approvisionnements très diversifiées soit des entreprises privées souvent plus spécialisées sur un type de fourniture (Aliment du bétail, concessionnaires de machines agricoles, etc…).
  • Conseiller technique dans des organismes professionnels agricoles : dans le domaine de l’élevage mais aussi des productions végétales des organismes professionnels agricoles proposent des prestations de service et du conseil auprès des exploitants agricoles. Par exemple, le contrôle de performance des animaux est une prestation de service proposée où le technicien chargé du contrôle est aussi amené à donner des conseils sur la conduite technique du troupeau. De même, pour les techniciens inséminateurs qui parallèlement à l’insémination apportent des conseils aux exploitants agricoles sur l’amélioration génétique et la conduite de la reproduction. Ces métiers qui allient prestation de service et conseil sont assez nombreux à proposer leurs services aux agriculteurs et recrutent des personnes titulaires du BTSA ACSE.

Pour accéder à d’autres métiers du secteur agricole comme conseiller d’entreprise auprès des exploitations agricoles à la chambre d’agriculture, un Centre d’Economie Rural ou une banque, une poursuite d’étude après le BTSA ACSE est nécessaire. De même, le métier de Responsable des relations producteur dans l’agroalimentaire qui consiste à gérer l’interface entre les exploitations agricoles et leurs partenaires en aval dans le secteur agroalimentaire exige une poursuite d’étude après le BTSA ACSE.

Le BTSA ACSE permet une bonne insertion professionnelle mais beaucoup d’étudiants souhaitent continuer après cette formation le plus souvent pour acquérir des notions plus pointues dans un domaine spécialisé qui les intéresse, soit pour pouvoir postuler sur des emplois requérant une formation d’un niveau supérieur au BTS. De nombreuses poursuites d’étude sont possibles dans les formations suivantes :

  • CS (Certificat de Spécialisation): il s’agit d’une formation en un an en temps plein ou en apprentissage qui permet à des personnes d’approfondir ou développer leurs compétences dans un domaine particulier en lien avec leur projet professionnel qui est souvent pour ce type de formation l’installation comme exploitant agricole. Par exemple, les CS de transformation à la ferme des produits laitiers ou carnés, de conduite de l’élevage laitier, de gestion des agroéquipements, etc… sont souvent appréciés par les étudiants de BTSA ACSE de l’ISETA mais bien d’autres CS sont possibles.
  • Licences professionnelles : ce type de formation en un an post BTS est choisi par des étudiants qui ont un projet professionnel orienté le plus souvent vers le conseil technique ou les métiers de technico-commercial dans l’agrofourniture. Par exemple, les licences professionnelles de conseil en élevage laitier, d’agroécologie, de gestion des agroéquipements, etc…sont souvent privilégiées par les étudiants de BTSA ACSE de l’ISETA mais beaucoup d’autres licences pros sont accessibles.
  • Licence de gestion des organisations : il s’agit d’une formation en un an par apprentissage qui permet d’accéder par exemple à un poste de conseiller d’entreprise chargé de clientèle agricole dans une banque ou de gérer une entreprise. Le contenu de la formation est donc orienté sur les notions de gestion économique, financière et juridique nécessaires pour ce type de poste.
  • Ingénieur en agriculture : cette formation est accessible directement en troisième année pour une personne titulaire d’un BTS ACSE. Les trois dernières années du cycle ingénieur pourront être réalisée en alternance car le diplôme de BTS déjà obtenu donne des compétences recherchées par les employeurs pour décrocher un contrat d’apprentissage. Le diplôme d’ingénieur permet d’accéder à un poste de conseiller d’entreprise dans une chambre d’agriculture ou dans un centre d’économie rural. Il permet aussi de travailler dans l’industrie agroalimentaire.

Les cours d’enseignement général :

Ils correspondent à environ 40% du total des heures et sont identiques dans tous BTSA. Les contenus des cours de statistiques, d’informatique, d’anglais, de techniques d’expression de communication et d’économie générale ont été conçus pour être utiles dans un contexte professionnel agricole.

Les modules de formation spécifiques au BTSA ACSE :

Ils représentent environ 60% du total des heures et sont principalement centrés sur l’acquisition de principes de pilotage d’une exploitation agricole qui soient efficaces, durables et respectueux de l’environnement.

Comprendre et savoir élaborer une stratégie d’entreprise pour la piloter constitue le cœur de la formation. Par conséquent une partie importante des cours est donc destinée à l’acquisition des compétences nécessaires pour assurer une conduite technique des productions agricoles qui soit efficiente au regard des objectifs. Parallèlement, les étudiants apprennent les principes de gestion du travail dans l’entreprise et donc aussi comment gérer les ressources humaines.

Mais aussi, d’autres enseignements ont pour but d’apprendre à analyser les résultats économiques et financiers de l’entreprise dans la perspective de les optimiser. Ensuite, certains apprentissages visent à savoir prendre les bonnes décisions juridiques et fiscales pour l’entreprise.

Enfin, des cours sont orientés sur la maitrise de la commercialisation et la connaissance du contexte socio-économique et celui des politiques agricoles avec pour objectif d’être capable d’optimiser l’intégration commerciale et sociale de l’entreprise.

Deux MIL, de 40 h chacun, doivent être obligatoirement suivis par les étudiants.

Le MIL « Transformation et Commercialisation des Produits Laitiers et Carnés en zone de montagne » est proposé à l’ensemble des étudiants de BTSA ACSE de l’ISETA. En effet, il permet de se former et de renforcer les compétences des étudiants sur une stratégie possible des entreprises agricoles : « optimiser la valorisation des produits ». Elle est, en effet, souvent très pertinente en zone de montagne à forte attractivité touristique.

Un deuxième MIL devra être choisi par les étudiants parmi deux proposés par l’ISETA :

  • « Appréhender le fonctionnement d’une exploitation apicole, de ses productions et de ses impacts sur la pollinisation des plantes à fleurs dans un objectif de production agricole et de maintien de la biodiversité végétale ». Ce MIL permet à la fois de développer des compétences opérationnelles sur la production apicole et de renforcer ses connaissances sur l’impact environnemental des pratiques agricoles.
  • « S’installer ou pérenniser un système via la diversification ». Ce MIL correspond à une stratégie de développement possible et pertinente pour les entreprises agricoles. Ce MIL permet d’acquérir les méthodes et les connaissances nécessaires pour pouvoir piloter ce type de projet.

Chaque étudiant réalise un choix parmi ces deux MIL en fonction de ces centres d’intérêt et de son projet professionnel.

Le BTSA ACSE de l’ISETA n’est pas en alternance par conséquent la durée sur 2 ans des stages en entreprise est de 12 minimum jusqu’à 16 semaines maximum conformément à ce qui est préconisé par le ministère.

L’étudiant doit faire un stage principal en exploitation agricole et un stage secondaire dans une ou plusieurs entreprises partenaires situées en amont ou en aval de l’exploitation agricole.

Le stage principal en exploitation agricole dure 8 semaines au minimum mais il peut être plus long jusqu’à 14 semaines maximum. Il permet d’appréhender en situation réelle le fonctionnement d’une entreprise. Il est aussi l’occasion pour les étudiants de se confronter à la pratique et donc d’acquérir des savoirs faire. Enfin, l’entreprise d’accueil pour ce stage est le support pour la rédaction d’un dossier de stage et/ou de situations professionnelles vécues qui sont présentées à un jury d’examen lors des épreuves terminales du BTSA ACSE.

L’ensemble des stages secondaires dans des organisme situés en amont ou en aval des exploitations agricoles doivent durer au total 2 semaines minimum jusqu’à 8 semaines maximum. Ces stages permettent de découvrir les métiers de conseil ou de prestations de services en faveur des exploitations agricoles. Les situations professionnelles vécues dans ces stages secondaires peuvent être aussi présentées lors des épreuves terminales du BTSA ACSE.

Pour candidater et être éventuellement admis en BTSA à l’ISETA, il est nécessaire d’aller sur le site internet www.parcoursup.fr et sélectionner cette formation. Les bulletins trimestriels de 1ère et de terminale, la fiche pédagogique, une lettre de motivation sont entre autres demandés pour constituer votre dossier de candidature en ligne sur ce site.

Par la suite, un classement des dossiers de candidature sera effectué par le coordonnateur du BTSA ACSE de l’ISETA qui tient compte du niveau des notes du futur étudiant, des appréciations du conseil de classe, de son projet professionnel et de sa motivation au regard de la formation BTSA ACSE et du secteur agricole. L’expérience des années précédentes montre qu’environ 85% des candidats sont classés et ils ont alors toutes les chances d’être admis rapidement.

L’obtention du baccalauréat est obligatoire pour accéder à l’enseignement supérieur en général. Des élèves ayant obtenu un baccalauréat professionnel, général ou technologique obtenu en France ou qui seraient titulaires d’un diplôme étranger reconnu équivalent au baccalauréat, peuvent donc être admis en BTSA ACSE.

Les étudiants obtiendront le BTS en passant une vingtaine de contrôle continu en cours de formation (CCF) regroupés en 5 épreuves (E2, E3, E4, E5, E6, voir tableau ci-dessous) au cours de leurs deux années de formation. Elles sont organisées dans l’établissement mais ce sont des épreuves officielles d’examen qui sont validées dans le cadre d’un plan d’évaluation sur deux ans par le ministère de l’agriculture.

      

Coeff

Epreuve E2 (Techniques d’expression, de communication, d’animation et de documentation (TECAD) et d’économie générale) :  

3

Epreuve E3 (Langue vivante : Anglais) :

 

3

Epreuve E4 (Statistiques et informatique) :  

3

Epreuve E5 (Diagnostic de gestion, Droit rural, Economie de filière)

5

Epreuve E6 (Agronomie, Zootechnie, Techniques agricoles)

4

 

 

 

 

 

Total =

18

 

D’autres modules de la formation BTSA ACSE seront évalués par des épreuves certificatives en contrôle continu (CCF), il s’agit des modules d’initiative locale et de l’éducation physique et sportive (voir tableau ci-dessous). Ces deux épreuves permettent d’avoir des points supplémentaires qui sont rajoutés au total de point final.

      

Coeff

Modules d’initiatives locales (MIL) :

 

 

3

Education physique et sportive (EPS) :

3

 

 

 

 

 

Total =

6

 

De plus, les étudiants devront passer les trois épreuves terminales E1, E7.1 et E7.2 en juin de leur deuxième année de BTS. Elles sont organisées par le ministère de l’agriculture dans un centre d’examen extérieur à l’établissement avec des jurys externes désignés par le ministère.

      

Coeff

Epreuve E1 (Expression française et économie)

 

6

E7.1 (Rapport de Stage et question prospective sur l’exploitation de stage)

8

E7.2 (Situations professionnelles vécues : SPV)

 

4

 

 

 

 

 

Total =

18

 

Les cinq épreuves de contrôle continu sur deux ans représentent autant de coefficients que les trois épreuves terminales. Pour obtenir, le BTS l’étudiant devra avoir une moyenne supérieure ou égale à 10/20 pour l’ensemble des cinq épreuves de CCF et des trois épreuves terminales en tenant compte des points supplémentaires de MIL et d’EPS. Cependant, il devra avoir aussi une note moyenne supérieure à 9/20 aux seules épreuves terminales.

Dès la première année et plus encore en deuxième année, de nombreuses sorties de terrain sur différentes exploitations agricoles sont réalisées. En effet, nous considérons à l’ISETA que la théorie, en termes de diagnostic technique (Agronomique ou zootechnique) ou de diagnostic de gestion économique et financière par exemple, doit être mise à l’épreuve du terrain sur des cas réels pour être vraiment assimilée et maitrisée par les étudiants.

Par conséquent entre 15 et 20 sorties de terrains dans des exploitations agricoles différentes seront réalisées pendant les deux ans de formation. Cette pédagogie permet aux étudiants de se mettre en situation professionnelle dans le cadre d’entreprises diversifiées et sur des thèmes variés et pas seulement sur leur exploitation de stage ou celle de l’ISETA.

Certains « plus » du BTSA ACSE de l’ISETA sont évoqués dans la réponse à d’autres questions de cette foire aux questions, celle sur la poursuite d’étude, celle sur les différents modules d’initiative locale, ou encore celle sur la place des sorties de terrain.

Un autre « plus » important est le suivi personnalisé des étudiants qui est proposé à l’ISETA en fonction du parcours de formation précédent. En effet, des cours de soutien supplémentaires dans différentes matières sont proposés pour combler les lacunes initiales. En fonction du projet professionnel des étudiants, un accompagnement est aussi proposé pour adapter, le choix des différents stages en BTS et la poursuite d’étude, au projet professionnel de chacun.

Un des temps fort de la formation BTSA ACSE à l’ISETA est le voyage d’étude à l’étranger qui est organisé au cours des deux ans. En effet, il permet aux étudiants de se confronter à des pratiques et contextes agricoles très différents de ceux rencontrés en France et d’en étudier les spécificités. Pour chacun des étudiants une plus grande ouverture d’esprit et une vision plus globale et donc plus pertinente de l’agriculture découlent généralement de ce voyage d’étude.

L’accompagnement des étudiants dans leur préparation de nos étudiants aux épreuves terminales d’examen est aussi un « plus du BTSA ACSE de l’ISETA. En effet, les moyennes obtenues par les étudiants de l’ISETA à ses épreuves sont très nettement au-dessus des moyennes nationales conduisant à un taux de réussite le plus souvent supérieur à 90%.

Trois grands champs de compétence sont abordés au cours de la formation BTSA ACSE :

  • Le pilotage d’une entreprise agricole.
  • La conception et l’évaluation d’un projet concernant une entreprise agricole.
  • L’organisation du travail et la communication dans le cadre d’une entreprise agricole.

Ces compétences sont nécessaires pour être chef d’entreprise agricole mais elles correspondent aussi à celles requises pour les autres métiers accessibles après un BTS ACSE. En effet, les métiers de salarié opérant dans les entreprises agricoles, de technico-commercial dans l’agrofourniture ou de conseiller d’entreprise auprès des exploitations agricoles par exemple, demandent quasiment les mêmes compétences.

Nous contacter

Poisy (Siège social)

859 Route de l'École d'Agriculture
74331 Poisy Cedex 10039
Téléphone : 04 50 46 20 26
Email : contact@iseta-eca.cneap.fr

Sévrier

ISETA ALTERNANCE
3260 route d'Albertville
74320 Sévrier
Téléphone : 04 50 46 26 61
Email : contact@iseta-eca.cneap.fr

ISETA PRO
3203 route d'Albertville
74320 Sévrier
Téléphone : 04 50 88 10 06
Email : contact@isetapro.fr

Chavanod

Transféré à Poisy à la rentrée 2021

93 impasse du Crêt d'Etsy
74650 Chavanod
Téléphone : 04 50 69 10 67
Email : contact@iseta-eca.cneap.fr

Accueil téléphonique général

04 50 46 20 26

Lundi au jeudi
08h - 12h / 13h30 - 17h
Vendredi
08h - 12h / 13h30 - 15h30